Dominique JOYEUX2017-08-15T21:33:42+00:00

Dominique JOYEUX

membranes vives

MEMBRANES VIVES

Donner vie à des formes aux couleurs improbables réunies par des fibres d’or.

Technique mixte acrylique et huile sur toile, fibres végétales travaillées – 60X122 – 2016

VAISSEAU LIBRE

Un monde surgit de l’océan et la vie renaît.

technique mixte – acrylique sur toile – 100X145 – 2016

vaisseau libre
barriere de corail

BARRIERE DE CORAIL

D’un dessin complexe surgissent de formes inattendues et j’attends mugir la barrière de corail.

Technique mixte cerné en acrylique – 113X146 – 2016

Née en France, Dominique Joyeux a vécu dans de nombreux pays d’Outre-Mer et se définit comme artiste du monde. Au cours de ses voyages elle s’est formée dans des ateliers en Guadeloupe, dans le Pacifique Sud et en Corse avant de s’installer dans le sud de la France.

Psychothérapeute et professeur de lettres, elle nourrit son imaginaire de peinture et de poésie et poursuit sa quête artistique en accompagnant chacune de ses œuvres avec des mots inspirés.

Ses expositions personnelles reflètent son parcours : “Voyages,voyages“ Mata-Utu à Wallis ; “Cellules vives“ au Lazaret Ollandini-Ajaccio ; Galerie 89-Viaduc des Arts- Paris. Des expositions collectives en France et à l’étranger, aux Antilles, dans le Pacifique Sud, à Bruxelles, New York, en Grande- Bretagne, à Rome. Des Salons tels le Salon International de Peinture de Toulon, Le Salon des Arts Contemporains –Aix en Provence, Business Art à l’Espace Pierre Cardin à Paris et « Art en Capital » – le Salon de Indépendants au Grand Palais-Paris.

Artiste permanent à la Galerie Art Fresque Povera-Sommières en France, et partenaire de BresilArtFrance, expose ses œuvres au Salon ArtShopping Carrousel du LOUVRE PARIS – octobre 2016. L’artiste s’est vu attribuer la Toile d’or au Salon des Indépendants en 2015 et a reçu en 2016 la Médaille d’argent de l’Institut Européen des Arts Contemporains.

Elle travaille son graphisme à partir du mouvement spontané, la répartition des couleurs et les reliefs. Utilisant l’acrylique, l’huile et les techniques mixtes, elle construit sur la toile des espaces colorés entourés d’un serti évoquant les membranes cellulaires de ces espaces vivants qui paraissent se déplacer tantôt comme des micro-organismes tantôt comme des continents.

Ses « cellules vives » développées sur la toile en trois dimensions évoquent les micro-organismes confrontés à des espaces stellaires nous rappelant que nous sommes poussière d’étoiles et qu’il est légitime de terminer avec elle notre passage. De l’infiniment petit à l’infiniment grand.